L’Exploit

Le sort a voulu que le seul temoin survivant de l'exploit du pionnier Tikhon Barane soit un soldat allemand. Frappe du courage de ce garçon de 12 ans, il nota dans son journal: «Nous ne vaincrons jamais les Russes parce que leurs enfants luttent et meurent comme des heros».

T-34 Soviet Red Army tank

Derriere les lignes du journal, il у a l'histoire d'un petit garçon qui a repete 1'exploit d'lvan Soussanine. Voici ce que racontent les pages des annales de l'ecole elementaire de Mantchik (region de Pourjansk), dont l'un des detachements porte le nom du pionnier-heros Tikhon Barane.

Maxime Ivanovitch et Daria Ivanovna Barane avaient 6 enfants: 4 fils: Pavel, Vassili, Vladimir et Tikhon, et deux jumelles, Genia et Nina. Us vivaient dans une petite niaison au bout du village comme il у en a beaucoup dans la region de Brest. Au-dela de la maison et jusqu'a la route, il у avait un champ, au-dela de la route, c'etait la celebre forêt de Roujansk.

Au debut de la guerre, les freres aines de Tikhon sont devenus partisans.

Les Allemands occuperent le village. Le frere de Maxime Ivanovitch, Liavon Ivanovitch, un communiste qui avait ete dans la clandestinite, vint le voir:

— Le comite antifasciste m'a charge d'organiser une typographic clandestine, dit-il. On ne peut pas trouver de meilleur endroit que chez vous, tu es d'accord?

— D'accord, repondit Maxime Ivanovitch d'une voix ferme.

Derriere la maison, on creusa un abri en terre sous un vieux pommier. Bientôt, sur les poteaux, sur la Kommandantur fasciste apparurent des affiches qui parlaient de la situation sur les differents fronts, qui appelaient le peuple de Bielorussie a frapper les occupants. La police arrachait les afiiches, mais elles reap-paraissaient toujours.

La police recherchait la typographie. A l'ordre du commandement des partisans, elle fut transported dans la forêt. Le detachement de partisans, Maxime Ivanovitch et sa famille quitterent le village.

Tikhon devint agent de liaison. Le gamin aux cheveux blonds allait de village en village, rassemblant des renseignements sur la position des unites allemandes, distribuant des tracts. Pas un seul policier, pas un seul gendarme n'aurait pu deviner que c'etait un eclaireur des partisans.

Un jour, Tikhon vint dans son village avec sa mere et ses sceurs. Il fallait prendre des vêtements, faire des provisions. Ce jour-la, les fascistes firent une rafle.

— Une famille de partisans, annonca complaisamment le policier a l'officier SS.

... Pendant un mois et demi, Daria Ivanovna et ses enfants etaient a la prison. Puis la mere fut envoyee en Allemagne et les enfants furent relaches. Epuises, en haillons, Genia et Nina rentrerent a Baiki, leur village ой des voisins les recueillirent. Tikhon rejoignit les partisans.

soviet pooster 1944

Le 21 Janvier 1944, sur l'ordre du commandant, Tikhon retourna a son village. Et a l'aube, les fascistes encerclerent Baïki. Us avaient decide de raser cette base des partisans, le village pres de la foret de Roujansk. Le village fut encercle, les policiers et le bataillon de represailles firent sortir les habitants a demi nus des maisons et les rassemblerent au-dela de la barriere. La, on leur fit creuser une immense tranchee. Tikhon serrait contre lui ses soeurs toutes tremblantes.

L'officier de la Gestapo qui commandait le feu apercut Tikhon. Il avait deja remarque le garcon a la prison et se doutait que Tikhon etait un agent de liaison des partisans. L'officier ordonna aux soldats d'emmener le garçon a l'ecart.

Une heure plus tard, les 957 habitants du village, у compris ses deux petites soeurs, avaient ete fusilles et le village lui-meme avait cesse d'exister.

La neige recouvrit les cendres.

— Et toi, tu vas nous montrer ou sont les partisans, dit l'officier a Tikhon, paralyse par l'horreur, que tenaient deux grands soldats.

— Si tu ne nous montres pas, tu iras les rejoindre, dit-il en montrant la fosse pleine de corps.

Ravalant ses larmes, Tikhon leva la tête.

— Bien, dit-il, je vais vous montrer ou sont les partisans. Il marchait devant le detachement; et les canons noirs des mitraillettes visaient son dos. La neige brûlait son visage, mais il ne sentait pas le froid. Les cris de Genia et de Nina, les rafales de mitrailleuses, fauchant femmes, vieillards, enfants emplissaient ses oreilles, les flammes dansaient devant ses yeux.

A quoi pensait-il en emmenant de plus en plus loin les ennemis? Il revoyait sa mere et ses soeurs par un beau matin de septembre, l'accompagnant a l'ecole. Devant ses camarades ranges solennel-lement, on lui noue son foulard rouge de pionnier.

Le commandant du detachement lui tapote l'epaule alors qu'il va affronter le danger et lui dit doucement, tendrement:

— Nous te faisons confiance, Ticha...

Et la tempete de neige devenait de plus en plus forte, l'ombre descendait vite sur la foret. L'officier sentit quelque chose de louche.

— Ou sont les partisans? demanda-t-il.

— On va arriver, dit le garçon.

Puis la forêt finie, apparurent des buissons. Tikhon avançait, devinant d'instinct le chemin: alentour avaient deja commence des marecages impenetrables, qui ne gelaient jamais même par les froids les plus intenses.

Un soldat a fait un pas de côte et s'est enfonce jusqu'a la poitrine, un second s'est precipite a son aide et s'est aussi enlise. L'officier saisit son pistolet.

— Ou nous as-tu menes?

— La, d'ou vous ne sortirez plus, repondit Tikhon. Payez pour tout, salauds! Pour maman, pour mes sceurs, pour mon village... Pour notre Patrie Sovietique!

Le coup de feu claqua sechement. Les soldats fascistes, pris de panique, couraient en tous sens, le marais les engloutissait lentement. Le detachement de represailles fut acheve par les partisans.

(...) La guerre finie, les gens sont revenus sur les lieux de l'incendie. Us ont reconstruit le village et plante de nouveaux arbres. Us ont edifie un monument a la memoire des morts du 22 Janvier 1944, et sur la maison construite pour Maxime Ivanovitch et Daria Ivanovna que les soldats de l'Armee Sovietique avaient liberes des prisons fascistes, a ete fixee une plaque commemorative. Tous les jours, des pionniers viennent dans cette maison. Les enfants sont fiers de l'exploit immortel de leur compatriote, le pionnier Tikhon Barane. Il leur sert d'exemple pour le courage, l'audace, l'amour de la Patrie.

 

***

Published on  March 7th, 2021

Навигация: